naar top
Menu
Logo Print

BAROMETRE DES AFFAIRES JUILLET 2017: UN MOIS DE SOLDES CALME

René Broekaert

Le mois de juillet 2017 s'achève par une légère baisse du chiffres d'affaires (-4,8%) et une vente de paires plus faible (-3%) qu'en juillet 2016. Toutefois, il n'est pas question de pessimisme, parce que des réductions avaient déjà été accordées dans bien des cas au cours du mois de juin, sous forme d'offres conjointes et autres actions spéciales. Les chiffres négatifs compensent les résultats de juin. 

Les conditions climatiques en juillet 2017 étaient parfaitement normales, comparées à la moyenne pluri-annuelle de l'IRM, de telle sorte que cela n'a pas suscité de nombreux commentaires.

 

Les deux premiers mois de cette année étaient extrêmement négatifs pour la vente dans le commerce de détail en chaussures avec respectivement -10,6 % et -7,1% par rapport à 2016, et il a fallu bien des efforts pour récupérer ce faux départ. Le fait est que nous avons encore subi fin juillet de l'année dernière une baisse du chiffre d'affaires de 7,2% par rapport à l'année précédente et que cette baisse n'est que de 1,2% cette année. C'est pareil pour notre dette publique: elle continue d'augmenter, mais moins vite. Espérons que la tendance s'inverse d'ici la fin de cette année (du moins en ce qui concerne le secteur de la chaussure!) et que nous pouvons clôturer l'année 2017 avec au moins un statu quo par rapport à 2016. Vous lisez l'aperçu des résultats globaux du premier semestre de 2017 dans la version imprimée de Shoes Magazine du mois d'août.

CHIFFRE D'AFFAIRES ET RENDEMENT

Nous l'avons sempiternellement déjà écrit ici: ni le chiffre d'affaires, ni le nombre de paires vendues est pertinent: le rendement est au bout du compte la seule chose qui compte pour un résultat positif. Celui qui a acheté 10% en moins que l'année précédente et note une baisse du chiffre d'affaires de 5%, conserve peut-être en fin de compte encore plus de bénéfice qu'avant, et pourtant, la situation paraît moins bonne en chiffres absolus. Une fois encore, ceci illustre la difficulté d'interpréter les pourcentages de chiffres d'affaires et de volumes de paires.