naar top
Menu
Logo Print

BAROMETRE DES AFFAIRES JANVIER 2017: FAUX DEPART EN RAISON DES OFFRES CONJOINTES EN DECEMBRE

René Broekaert

Le chiffre d'affaires de janvier dans le commerce de détail de la chaussure dans notre pays se contracte depuis déjà cinq années de suite. En 2015, janvier représentait encore 11,1% du chiffre d'affaires annuel, ce n'était plus que 8% l'an dernier et en 2017, on note une nouvelle fois en janvier une baisse moyenne du chiffre d'affaires de 10,6% par rapport à janvier 2016. Cette baisse peut aisément s'expliquer: dans de très nombreux cas, les consommateurs ont déjà pu profiter des offres conjointes en décembre, ce qui était interprétée par beaucoup comme une sorte de soldes anticipées. Avec dix jours de neige et une température maximale moyenne de 3,8 °C, janvier fut un mois assez froid, sans être anormal selon l'IRM, mais quand même avec des valeurs qui étaient un peu plus basses que la moyenne calculée sur plusieurs années. Heureusement qu'est intervenu ce pic de froid, car grâce à ce froid, de nombreux articles réellement hivernaux se sont quand même écoulés, il est vrai avec une (petite) remise dans la plupart des cas. Les résultats cumulés des deux derniers mois (décembre + janvier) comparés aux mêmes deux mois de l'année précédente pourraient peut-être délivrer des chiffres moins négatifs.

 

REDUCTIONS EVOLUTIVES ET DATES DE SOLDES FLEXIBLES

Lors du précédent mois de janvier, les réductions ont progressivement évolué au cours du mois, comme ceci est toujours le cas durant les mois de soldes. La majorité ont débuté par des réductions de 20-25%, celles-ci ont grimpé à 30 à 35% au 15 janvier. Vers la fin du mois, 50% étaient la règle, et certains collègues y ont encore ajouté un petit plus afin de 'liquider autant que possible'. “Ce qui n'est pas vendu aujourd'hui avec une remise de 50%, n'intéressera certainement personne durant le prochain hiver", tel est le raisonnement.

Tout le monde ne respecte pas la période de soldes légale du 3 au 31 janvier. Environ la moitié des commerçants offrent encore des soldes en février. Dans la plupart des cas, les conditions climatiques sont le meilleur critère pour stopper les soldes et proposer la nouvelle collection. Une fois encore, les avis divergent fortement. “Je solde jusqu'aux vacances de Pâques", écrit un collègue. “Il est encore temps alors de proposer la collection estivale." Mais un autre son de cloche se fait aussi entendre. “Je place la nouvelle collection dans l'étalage dès qu'elle arrive, vendu c'est vendu." Chacun a sa vérité.