naar top
Menu
Logo Print

UN ARCHITECTE D'INTERIEUR QUI DEVIENT DESIGNER HIGH FASHION

Lies sockeel, creatrice de chaussures pour la maison de luxe balenciaga

Beaucoup rêvent au job de leur vie pendant une journée maussade au bureau, mais peu osent franchir le pas qui transformera leur rêve en réalité. Lies Sockeel a réalisé ce rêve. Après quelques années en architecture d'intérieur, elle a eu envie d'entreprendre de nouveaux challenges créatifs. Après trois ans de cours du soir, elle a été sélectionnée pour suivre la formation Accessory Design au prestigieux Institut Français de la Mode (IFM) à Paris. A la fin, c'est un emploi de créatrice de chaussures qui l'attendait pour la fameuse maison Balenciaga à Paris, ville par excellence de la mode.

LE DESIGN DE CHAUSSURES COMME EXUTOIRE CREATIF

Pourquoi vouloir entrer dans le monde de la chaussure, après avoir suivi une formation d'architecte d

Dans mon travail d'architecte d'intérieur, je m'occupais surtout des plans techniques, des offres et du suivi des chantiers; il me manquait l'aspect créatif. C'est pour cette raison qu'après mes heures, j'ai commencé une formation de création de chaussures au SASK à Sint-Niklaas, une formation de quatre ans concentrée sur la création et la réalisation de chaussures. La formation m'a plu, car, à côté de la création, on apprenait aussi à réaliser. Chaque année, la formation était de plus en plus intensive et au cours de ma troisième année, j'ai réalisé que je préférais travailler sur mes créations de chaussures que sur mes projets d'architecture d'intérieur. J'ai lu un article dans Elle Belgique qui parlait de quelqu'un qui avait suivi une formation d'un an sur les accessoires à l'IFM à Paris et qui, après, avait été engagé chez Stella McCartney en tant que designer de sacs. J'ai toujours pensé qu'il serait impossible pour moi de réorienter ma carrière vers le secteur de la mode, mais, tout comme moi, la créatrice de l'article n'avait pas de passé dans la mode. C'est ainsi que j'ai décidé de tenter ma chance et de poser ma candidature pour cette formation.

A quel pourcentage estimiez-vous vos chances d'être admise à l'ifm?

Pas très haut. Chaque année, il y a de nombreux candidats et il y a trois séries de sélections. Vous êtes sélectionné sur la base de vos antécédents, de votre expérience, de votre motivation, de votre creative universe, de vos inspirations et de vos convictions. Ensuite, chaque candidat reçoit une mission différente sur laquelle il doit réaliser une vidéo. Au cours de la dernière phase, votre projet est jugé par un jury. Finalement, j'ai été sélectionnée avec six autres candidats pour pouvoir suivre cette formation sur les accessoires.

Comment s'est passée cette formation?

La formation a été très intensive, mais très instructive et très passionnante. Pendant un an, j'ai travaillé sur deux collections de sacs à main pour, entre autres, Chloé, une collection de lunettes de soleil pour Dior et une collection de chaussures pour Louis Vuitton. De chaque collection, un projet a été sélectionné et un prototype a été réalisé. Ce qui rendait la formation si intéressante, c'est que vous êtes préparé pour aller travailler dans l'industrie de la mode. Pour le projet chaussures, j'ai, p.ex., dû préparer une collection hommes pour Louis Vuitton. J'ai travaillé avec les développeurs et je suis allée à Fiesso d'Artico, l'usine de chaussures de Vuitton à Venise. Là, j'ai pu discuter de mon projet avec l'équipe technique, qui, après, le réalisait en différentes matières et finitions. Pendant cette année, nous avons travaillé à divers projets avec des étudiants en management et nous avons eu des ateliers sur tout ce qui a trait au travail dans le secteur de la mode.

PREMIERS PAS CHEZ BALENCIAGA

Quel a été votre itinéraire jusqu'à votre travail de créatrice de chaussures hommes chez balenciaga?

Pour finaliser ma formation chez IFM, je devais faire un stage de maximum six mois. Le créateur d'accessoires du menswear studio chez Balenciaga m'a contactée et m'a demandé si je serais intéressée de l'assister, lui et son collègue, pour la collection hommes, sacs et chaussures. Cela m'intéressait fort de pouvoir travailler tant pour les chaussures que pour les sacs et, de plus, le menswear studio de Balenciaga n'est pas trop grand
nous sommes une équipe de quatre créateurs
ce qui fait que, dès le début, j'ai été très concernée par la réalisation de la collection. Au cours de la première semaine de mon stage, ma collègue créatrice de chaussures a annoncé qu'elle avait accepté un autre job et qu'elle partait à la fin du mois. Elle me confia qu'elle avait connu une situation similaire à la mienne, quand elle était arrivée chez Balenciaga pour son stage et qu'elle avait repris le job de celle qui partait. Peut-être pourrais-je reprendre son job de créatrice de chaussures pour hommes, lorsqu'elle partirait. Au cours de ce premier mois, j'ai énormément appris. Je participais aux réunions avec le directeur créatif et je voyageais avec mes collègues en Italie pour discuter des prototypes avec l'équipe technique. A la fin du mois, le responsable m'a annoncé que je pouvais reprendre la collection de chaussures et, une semaine plus tard, je suis partie à New York pour une réunion avec le directeur créatif de l'époque, Alexander Wang.

Comment se passe une journée de travail?

Mes journées de travail sont très variées. Je recherche de l'inspiration et des matériaux, et prépare les réunions avec le directeur créatif. Je réalise aussi des projets et des dessins techniques, et je voyage à plusieurs reprises par saison en Italie pour discuter des projets et des prototypes.

Où cherchez-vous votre inspiration?

Je peux trouver mon inspiration un peu partout: dans l'architecture, le design, l'art, la photographie, la nature, … Chez Balenciaga, nous avons une source d'inspiration plus générale pour la collection hommes
cela peut être n'importe quoi
et chaque créateur (ready-to-wear & accessoires) fait ses propres recherches à ce sujet. Parfois, toute l'équipe de design part en voyage d'études au début de la saison ou alors, nous plongeons dans les archives de Balenciaga.

Quel espace de liberté créative avez-vous?

Je pense que j'ai pas mal de liberté. Je suis libre de proposer mes idées. Que ces idées soient finalement reprises dans la collection, dépendra du directeur créatif et de la merchandising team.

Combien êtes-vous dans votre équipe?

Dans le menswear studio, il y a un créateur en chef, à côté de deux ready-to-wear designers, un créateur de sacs et moi-même en tant que créatrice de chaussures. Il y a mes collègues du département chaussures, qui compte un créateur en chef, deux créateurs pour la collection femmes et deux développeurs.

Quels sont les avantages et les inconvénients de travailler pour une maison de luxe?

Ce qui est formidable, quand on travaille pour une maison de luxe, c'est que vous avez de nombreuses possibilités. Il y a du budget pour faire des expériences et chaque saison, nous pouvons développer de nouveaux modèles. Il y a des possibilités d'évolution dans son travail. Je n'ai pas découvert de désavantages.

Balenciaga est une maison relativement petite. pensez-vous que cela influencera votre carrière?

Oui, j'ai fait le bon choix de poursuivre mon stage chez Balenciaga. Du fait que l'équipe est plutôt petite, j'ai beaucoup plus appris et ai reçu beaucoup plus de chances.

Pour la création, les chaussures sont-elles votre accessoire favori?

Certainement. Pour moi, les chaussures sont le prolongement de la silhouette, elles achèvent le look. C'est un défi à la fois de trouver le bon équilibre et d'être créatif.

L'AVENIR

Quels sont les accessoires ou les vêtements que vous aimeriez créer?

Pendant ma formation chez IFM, j'ai créé des sacs et des lunettes de soleil, ce qui m'a plu.

Comment voyez-vous l'avenir? aimeriez-vous plus tard créer votre propre marque?

Je veux avoir plus d'expérience et j'aimerais travailler sur des collections de chaussures tant pour les hommes que pour les femmes. Travailler en free-lance pour différentes marques, cela me semble aussi passionnant. Peut-être que plus tard, je créerai ma propre marque, mais ce sera vraiment plus tard.

Paris est connu pour être la ville de la mode, vous y habitez, constatez-vous cela également dans la

Je ne trouve pas que Paris soit la ville la plus 'fashionable'. Je trouve qu'il manque ici un peu d'originalité en rue. Je pense que Londres ou New York ont un esprit plus ouvert.

Quel est le message pour les futurs créateurs?

Crois en toi et ose réaliser tes rêves!