naar top
Menu
Logo Print
13/08/2019 - RENÉ BROEKAERT

BAROMETRE JUILLET 2019: BILAN POSITIF POUR LE MOIS DES SOLDES FISSURES DANS L’E-COMMERCE

L’ambiance positive, marquant depuis un moment déjà le commerce de détail de chaussures, a été confirmée pendant juillet, mois des soldes. Le chiffre était en moyenne 2,5% plus élevé qu’en juillet 2018 et le nombre de paires vendues a, lui aussi, augmenté de 1,2% par rapport à l’an dernier. Cette tendance positive se traduit également dans les chiffres YTD: le chiffre d’affaires et le nombre de paires vendues entre le 1er janvier et le 31 juillet de cette année ont quasiment rattrapé le niveau de la même période l’an dernier: il subsiste un léger retard d’environ 1%.


Vague de chaleur en juillet

Pendant le mois de juillet de l’an dernier, notre pays avait été frappé par une vague de chaleur: l’occasion de liquider tout le stock de sandales. Cette année, rebelote: les ventes de modèles d’été ouverts ont à nouveau cartonné. La dernière semaine de juillet a été l’exception. Pendant la canicule, les magasins sont restés vides, même à la côte. A la suite de ces conditions climatiques, des voix s’élèvent une fois de plus pour décaler la période de soldes de quinze jours ou un mois, mais dans le contexte commercial actuel, il s’agit d’un vœu pieux. Si certains détaillants commencent déjà à proposer des remises le 1er juin, impossible de compter sur une certaine solidarité pour ne serait-ce qu’envisager un début des soldes plus tardif.


Moins de reductions pendant les soldes

Les remises moyennes accordées pendant le mois de juillet étaient légèrement inférieures à celles de juillet l’an dernier. Au début des soldes, les réductions étaient en moyenne de 24% (contre 25% l’an dernier); après une dizaine de jours, elles étaient de 32% (34%) et lors du dernier rush, des réductions moyennes de 42% étaient proposées, contre 48% l’an dernier. Ici, il faut à nouveau nuancer. La plupart des commerçants limitaient leurs réductions sur la collection d’été en cours à 10 à 15%, et bon nombre de consommateurs le comprenaient. Sur les classiques revenant à chaque saison et sur les collections ‘confort’ non plus, ils n’accordaient pas plus de 10%.

Certains commerçants déterminaient leurs pourcentages de remise en fonction des ventes au cours des mois précédents. D’autre part, les modèles des années précédentes et les véritables invendus étaient proposés à des prix défiant toute concurrence. Apparemment, le “tout à moins XX%” est nettement moins appliqué et on regarde pièce par pièce quelle remise peut être accordée. Des soldes rationnelles peuvent faire du bien à la caisse. D’après l’UCM (Union des Classes Moyennes), on notait également une distinction entre les différentes régions. “A Bruxelles, la situation est décourageante. Les commerçants parlent d’une diminution sensible de leur chiffre d’affaires par rapport aux soldes de 2018. En Wallonie, on note un statu quo par rapport à l’an dernier, et certains ont même réalisé un chiffre plus élevé.”