naar top
Menu
Logo Print
10/04/2018 - RENÉ BROEKAERT

BAROMETRE DES AFFAIRES MARS 2018

ON PERD PATIENCE

Avec en moyenne 21% de chiffre d’affaires en moins et 19% de paires en moins par rapport à mars 2017, il est difficile de trouver des adjectifs positifs pour décrire la situation. L’an dernier, nous écrivions “des démangeaisons printanières” en relation avec le troisième mois, aujourd’hui on ne craint pas de prononcer des mots cinglants: “Catastrophe, désespoir, un mois désastreux, plus de solution” et des remarques similaires reflètent ce qu’on capte dans les couloirs du secteur de la chaussure.

Chiffres d'affaires

HIVER EN MARS

Il n’est pas toujours facile d’expliquer correctement l’évolution de la situation, mais pour le mois de mars précédent, les conditions climatiques sont sans aucun doute le plus grand malfaiteur. Vers la fin du mois, nous avons encore subi les frimas de l’hiver et personne ne se berce d’illusions quant à la possibilité de vendre des sandales ou des chaussures ouvertes durant cette période.

Mars est l’un des mois les plus importants dans le commerce de détail en chaussures. L’an dernier, mars était même le mois au cours duquel 10,8% du chiffre d’affaires annuel a été réalisé! Ce fut le meilleur mois de 2017. Quand on est confronté en 2018 à un chiffre d’affaires inférieur de 21%, les commentaires sont superflus. Lorsque les pouvoirs publics conseillent encore par le biais des médias de ‘rester à l’intérieur’, le consommateur ne ressent pas l’enthousiasme de passer une après-midi à s’adonner (avec plaisir) au shopping!

DANGER DE REACTIONS DE PANIQUE
Chiffres d'affaires

La caisse reste vide, mais pas la boîte aux lettres: les factures des fournisseurs, le salaire du personnel, les frais de chauffage et de location continuent de s’accumuler. Et le danger de recourir à l’outil salvateur ultime, les réductions, est réel, les filiales ont déjà commencé, et nous lisons aussi qu’à la mer, les promotions pascales sont déjà arrivées. On recourt à toutes sortes de trucs, comme des actions d’échange pour des chaussures portées, la vente de stock, des prix ronds de 20, voire 10 euros, … celui qui parle de réductions ‘mid-seasons’, pense que la saison a déjà débuté, mais ce n’était pas encore le cas dans la plupart des magasins.

Dans ce contexte, nous citons volontiers l’initiative d’un important magasin de chaussures avec quelques grands établissements, qui a adressé une lettre à certains collègues négociants en chaussures avec la recommandation: “ne commencez pas les réductions … n’abandonnez pas vos bénéfices!” Une initiative louable, car par le passé, il est souvent apparu que les actions impulsives avec les réductions n’entraînent certainement pas toujours une valeur ajoutée à plus long terme.